Présentation The Gimp

right GIMP est un logiciel de traitement d'image bitmap (dessin, retouche, animation, etc.) visant à fournir une alternative libre à des logiciels tels que Adobe Photoshop, avec une interface légèrement différente.

GIMP signifie GNU Image Manipulation Program, littéralement « programme GNU de manipulation d'images », anciennement General Image Manipulation Program.

Le projet a été créé en 1995 par Spencer Kimball et Peter Mattis. Il était destiné en premier lieu aux systèmes Unix et GNU/Linux ainsi que Darwin (la base de Mac OS X) mais tourne aussi sous Microsoft Windows.

Sa mascotte officielle est Wilber.

Comme son nom l'indique, GIMP fait officiellement partie du projet GNU.

Caractéristiques

  • C'est un logiciel libre et gratuit.
  • Ses fonctionnalités en font un produit professionnel couramment utilisé.
  • Le format dédié de GIMP est le format XCF et permet de conserver les calques, canaux, et autres paramètres propres à une image éditée avec GIMP (l'équivalent du format Psd sous Adobe Photoshop).
  • Une des grandes forces du GIMP est sa capacité de « scriptage ». Il est interfacé avec de nombreux langages de programmation, en particulier Guile Scheme et Perl (et Python dans sa version 2.0). Cela permet d'automatiser des traitements répétitifs et d'écrire des modules d'extension.
  • Les versions GIMP 2.0 et supérieures permettent de réunir les différentes fenêtres dans une seule par un système d'onglets, facilitant ainsi leur gestion.
  • Il existe un greffon spécialisé dans l'animation appelé GAP (Gimp Animation Plugin), permettant l'import et l'export dans différents formats vidéo, de déplacer, tourner et agrandir des objets sur différentes couches, et d'y ajouter du son.

Anecdotes techniques

  • GIMP occupe une place particulière dans l'informatique libre. Il est en effet considéré comme le premier des logiciels libres à la fois grand public et de qualité professionnelle.
  • Sa disponibilité a incité un certain nombre d'utilisateurs à installer une distribution Linux pour la première fois.
  • GIMP a donné lieu, outre la création de GTK+, à un grand nombre de développements annexes, comme Gimp-Print, GIMPshop, CinePaint, (autrefois Film Gimp) ou GEGL (GEneric Graphical Library).
  • L'interface utilisateur GNOME utilise également la boîte à outils GTK.
  • Bien que GIMP soit compatible avec virtuellement tous les formats possibles, dans les pays où les brevets logiciels sont en application, il ne peut accéder par défaut à des fichiers encodés dans des formats sous le coup de brevets logiciels dont l'utilisation se fait sous licence (ce fut le cas par exemple avec le format GIF aux USA jusqu'à l'expiration du brevet, en France le GIF était disponible dans le Gimp sans problème car les brevets logiciels ne s'y appliquaient pas). Pour éditer dans ces formats il est souvent nécessaire d'installer un module séparé, adapté au pays n'étant pas sous le coup de ces brevets.

* Bien que conçu au départ pour œuvrer en environnement GNOME, GIMP fonctionne sans problème sous KDE, sa bibliothèque (C) étant simplement chargée en doublon avec la Qt de KDE (C++). Si la RAM est suffisante, les performances n'en souffrent pas de façon notable, hormis un peu de contention sur les caches de données et d'instructions. Il fonctionne également sous Microsoft Windows, Mac OS X et Solaris.

Critiques faites à GIMP par comparaison à Adobe Photoshop

Bien que d'innombrables outils de manipulations d'images bitmap existent, il est fréquent de comparer GIMP avec Adobe Photoshop, tant la domination commerciale de celui-ci est importante.

Certains professionnels reprochent à GIMP un support insuffisant de certaines tablettes graphiques, et surtout une absence de séparation des couleurs CMJN généralisée (bien que le support de cet espace de couleur ait été introduit dans les versions 2.0x) adaptée à l'impression.

Un autre défaut reproché à GIMP dans sa version actuelle est lié à la multiplicité des fenêtres nécessaires pour travailler sur le même document, et qui rendent son utilisation peu pratique avec les fenêtres d'autres applications concurrentes. (Du moins avec les systèmes d'exploitations qui ne permettent pas de choisir de garder une fenêtre au premier plan). Il faut tout de même noter que dans les versions GIMP 2.0 et supérieures, il existe une possibilité de réunir différentes fenêtres dans une seule par un système d'onglets, ce qui supprime en partie l'inconvénient précédent.

D'autre part, le fait que Adobe Photoshop s'inscrive dans une suite de logiciels dédiés à l'image (Adobe CreativeSuite), permet d'avoir une plus grande souplesse notamment lorsque l'on travaille avec des objets vectoriels. De plus, la majeure partie de la chaîne graphique travaille avec ces logiciels.

En effet, GIMP ne supporte pour l'instant pas les panneaux détachables, ce qui ne permet pas d'adapter la configuration du bureau à l'environnement de travail. GIMP nécessite donc souvent l'utilisation d'écrans séparés pour placer ses fenêtres de travail, ou de dispositifs logiciels externes de gestion de bureaux multiples, ce qui est moins pratique et nécessite plus de ressources sur le système.

Des travaux sont en cours pour ajouter ces fonctionnalités manquantes dans la bibliothèque GTK+ (mais cela nécessite la création de nombreux nouveaux “widgets”) qui est à la base de l'interface graphique portable d'un système d'exploitation à l'autre, et créée au départ pour GIMP, mais reprise maintenant dans le projet GNOME.

Photoshop dispose de calques d'effets et de réglage qui permettent de faire des modifications d'une image sans qu'elle soit définitive, mais GIMP ne dispose encore pas de fonction analogue. Photoshop dispose aussi d'un éditeur de script qui enregistre les différentes actions que fait l'utilisateur, tandis qu'avec GIMP pour faire un script, il faut l'écrire soi-même.

Enfin, l'interface de GIMP sous Macintosh, système prisé des graphistes, est très déconcertante.

Source

Lien externe


Outils personnels