Présentation de Blender

right Blender est une suite d'animations 3D complète, libre et gratuite, comprenant des outils de:

  • modelage 3D ;
  • création nodale de matériaux ;
  • système de développement UV très avancé ;
  • calcul d'images fixes par scanline (très rapide) ou par raytracing partiel intégré avec la possibilité de rendu avec les moteurs externes Yafray, Indigo, Povray, Kerkythea ainsi que Mental-Ray (les trois dernières possibilités ne se trouvant que sur des versions non-officielles du logiciel, des forks). Jusqu'à présent, leur intégration n'a jamais été envisagée sérieusement par les développeurs et seul un vague projet d'API semble être à l'ordre du jour avec pour objectif clairement annoncé d'utiliser plutôt des moteurs de rendu respectant la norme RenderMan;
  • traitement des éclairages avancés par Ambient Occlusion et Radiosité (cette dernière n'étant pas liée au ray-tracing, fonctionne aussi en scanline) ;
  • langage de scripting embarqué (python) permettant d'accéder à la plupart des fonctions ;
  • calcul d'animations : système d'armature, animation linéaire (par courbes IPO) et non linéaire (par Actions) ;

* composition vidéo (séquenceur et timeline supportant les greffons) à laquelle s'ajoute une simple synchronisation de la bande son qui doit être montée avec un logiciel externe (Virtualdub, par exemple) ;

  • 3D temps réel et greffon Web ;
  • création de mondes virtuels interactifs (couplés ou non à des scripts Python), dont l'exportation est possible en VRML 1.0 et 2.0, et de jeux vidéo.

Plus produit

Blender est impressionnant, non seulement par les fonctionnalités qu'il offre ou par sa gestion des fenêtres extrêmement souple, mais également par sa taille : tout tient en moins de 30 Mo.

Son interface très particulière, basée sur OpenGL, lui a longtemps valu une réputation d'apprentissage long et difficile. En effet, cette interface se base beaucoup sur les raccourcis-clavier : cela rend son utilisation peu intuitive pour les novices. Cependant, depuis son passage à l'Open Source, de nombreuses améliorations y ont été apportées, notamment en ce qui concerne l'ergonomie générale du logiciel, procurée par la réorganisation des menus et l'ajout de menus contextuels.

Son passage à l'Open Source lui a donné un élan très important. Il se transforme continuellement grâce à l'enthousiasme de l'équipe de développeurs, et il n'est pas rare de voir apparaître des fonctionnalités aussi nouvelles qu'importantes en quelques jours seulement. Les amateurs de Blender se tiennent au courant en suivant son évolution à partir des compilations presque quotidiennes.

Il ne cesse d'attirer de plus en plus d'amateurs et, malgré ses premiers abords, il devient vite le meilleur ami de l'infographiste et ce, quel que soit le système d'exploitation utilisé.

Les différentes plate-formes

Blender est disponible sur les plates-formes suivantes (dans l'ordre chronologique donné sur le site de Blender) :

Origine et développement

Produit à l'origine par la société néerlandaise Not A Number (NaN), Blender était à ses débuts un partagiciel, dont certaines fonctionnalités n'étaient accessibles que par l'intermédiaire d'une licence payante. Plus tard, son auteur Ton Roosendaal trouva des investisseurs pour l'aider à développer son produit et en faire un graticiel. Au début de l'année 2002, étant donné le peu de gains qu'ils en retiraient, les investisseurs décidèrent de retirer leur soutien à Ton Roosendaal, ce qui eut pour effet immédiat la faillite de la société NaN et la fermeture du site Internet de Blender. Néanmoins, la communauté d'utilisateurs de Blender (plusieurs dizaines de milliers, voire plusieurs centaines) se reforma rapidement au sein du forum de discussion du site Elysiun.

En juillet 2002, Ton Roosendaal parvint à négocier le rachat des droits d'auteur de Blender contre 100 000 Euros, en vue de la création d'une Fondation Blender et de la diffusion de Blender sous une licence libre. En une semaine, la communauté des utilisateurs avait déjà rassemblé près de la moitié de la somme.

Le code source du logiciel est alors transmis à la Fondation Blender, qui entreprend un grand travail de révision du code, afin de le rendre plus facile à faire évoluer. Très vite, il est décidé de séparer Blender en différentes bibliothèques afin de pouvoir faire profiter de ses atouts techniques à d'autres logiciels.

Enfin, le 11 février 2003, sort la première version libre (2.26), qui sera suivie le 14 mai d'une version incluant de nombreuses nouvelles fonctionnalités, dont un début d'internationalisation, permettant ainsi aux non anglophones de découvrir ce logiciel.

La petite histoire du code

On croit souvent que Blender est programmé en Python : c'est une erreur. Les dernières informations à ce sujet (janvier-juin 2004) font état de plus de trois cent mille lignes de code dont 228 189 (69,49 %) lignes en C ISO, 96 217 (29,30 %) lignes en C++ et 3 303 (1,01 %) lignes en Python (autres : 673 (0,20 %) sources).

Avant Blender, il y avait 'Traces', un raytracer développé à partir de 1989 sur Amiga. La société de production se servait alors de Sculpt3d comme modeleur, mais le logiciel prenant de l'importance, il devint une suite d'animation complète.

Les principaux greffons

La relation de longue date avec le Python a permis de constituer une importante base de greffons (plugins) qui ont fait de Blender un véritable logiciel de conversion de formats. Ces outils sont écrits par des auteurs aussi enthousiastes que bénévoles. Un bon nombre d'entre eux, couverts par la licence GPL ou la Blender Artistic Licence, sont regroupés et distribués dans un paquet qui accompagne le logiciel.

Blender Artistic License

Blender est aussi une sorte de phénomène social qui a donné naissance à un nombre considérable de productions : didacticiels, plugins, images statiques, films d'animation. De fait, une licence spéciale a été créée, la Blender Artistic License.

Elle vise les didacticiels, les fichiers .blend d'exemple ainsi que les images et animations. Elle est plus limitative que la Blender Documentation License, mais est pensée pour protéger les droits des auteurs sur leurs didacticiels.

Les auteurs peuvent choisir la Blender Documentation License, moins limitative, mais aucune autre que de ces deux licences ne sera acceptée pour les didacticiels sur le site de la Fondation Blender.

Blender dans l'industrie cinématographique

Le premier véritable projet professionnel dans lequel Blender a été utilisé était Spider Man 2, où il a été essentiellement utilisé pour la création des animations et des aperçus lors de l'élaboration de la maquette du film.

Citation

En tant qu'artiste de l'animation travaillant dans la section scénarimage de Spider-Man 2, j'ai utilisé le modeleur 3D Blender et les outils d'animation de personnages pour améliorer la maquette, recréer le monde et les supports, et mettre en mouvement les actions et les déplacements de caméra dans l'espace 3D, afin de rendre limpide la vision de Sam aux autres départements.

Anthony Zierhut, Artiste de l'animation, Los Angeles.

Vendredi ou un autre jour est le premier long métrage utilisant Blender pour tous les effets spéciaux, réalisé sur des stations Linux. Il a gagné un prix au festival international du film de Locarno. Le film Le Masque de la Mort Rouge a également profité de toutes les capacités de Blender. Les effets spéciaux de ces 2 films ont été réalisés par l'entreprise belge Digital Graphics.

Le projet Orange

Voir Elephants Dream En septembre 2005, des artistes et développeurs de Blender commencèrent à travailler sur un court métrage – Elephants Dream – en utilisant quasi exclusivement à l'exception de Reaktor (a modular sound studio) et Mac OS X (le système d'exploitation équipant la ferme de calcul utilisée pour le rendu final), tous les logiciels utilisés étaient libres. des logiciels libres. Cette initiative, connue sous le nom de Orange Movie Project, a pour but d'évaluer les capacités de Blender dans le milieu du cinéma professionnel.

Le résultat de ce travail, Elephant Dreams, a été diffusé le 24 mars 2006 en avant-première, puis distribué aux contributeurs financiers sous forme de DVD comprenant non seulement le film en haute-définition, mais également l'intégralité des sources : scènes, textures, etc.

Les fonctionnalités créées par l'équipe pour les besoins du projet seront progressivement intégrées à Blender.

Le film peut être téléchargé depuis le site officiel du projet, www.elephantsdream.org.

Source

Lien externe


Outils personnels